Profession

La profession vétérinaire est très multidisciplinaire. À cet effet, le docteur en médecine vétérinaire assume une grande variété de fonctions telles que médecin généraliste, dentiste, chirurgien, pharmacien, radiologiste, ophtalmologiste1 , anesthésiologiste et dermatologue. Ainsi, les vétérinaires sont appelés à effectuer une panoplie de tâches telles que :
l’examen des animaux;
la vaccination;
la vermifugation;
l’analyse de radiographie, de bilan sanguin ou tout autre test de laboratoire;
le diagnostic de différentes pathologies;
l’établissement d’un plan de traitement adéquat;
des chirurgies;
des soins dentaires;
conseiller les clients2.

Les champs de pratique sont également extrêmement variés. Environs la moitié des diplômés se dirigent vers les cabinets privés pour animaux de compagnie (chiens, chats et animaux exotiques tels que les petits mammifères, les oiseaux, les reptiles et les amphibiens ) mais il y a également beaucoup de postes disponibles dans le domaine des animaux de consommation (volailles, porcs et bovins), des chevaux, de l’environnement, de la faune, de l’enseignement, de la santé publique (contrôle des maladies transmissibles à l’homme ainsi que salubrité et inspection des viandes), des laboratoires de recherche et de diagnostics.3

Au Québec, pour obtenir le titre de médecin vétérinaire, vous devez au préalable, avoir suivi une formation pré universitaire et attester d’un diplôme d’études collégiales (DEC) dans un des programmes suivants : Sciences de la nature, Sciences, arts et lettres, Techniques de santé animale et avoir réussi trois cours de physique et deux cours de mathématiques préalables ou bien, un DEC en Technologie des productions animales et avoir réussi les cinq cours cités ci-haut ainsi qu’un cours de chimie organique et un cours de biologie. Ensuite, un doctorat en médecine vétérinaire d’une durée de cinq ans vous attend pour ainsi vous permettre d’obtenir le titre de docteur en médecine vétérinaire (DMV). Par contre, vous devez absolument avoir réussi les examens exigés par la loi pour obtenir le droit d’exercer la profession.4 Puisque d’énormes progrès ont été réalisés dans cette discipline et que la matière à couvrir est très vaste, le programme s’échelonne sur cinq ans au lieu de quatre depuis septembre 1999.5 L’Université de Montréal est la seule institution à offrir le programme au Québec et la faculté est située à Saint-Hyacinthe. L’admission en médecine vétérinaire est assez ardue puisque le programme est très contingenté (beaucoup de demandes pour peu d’admis). À ce sujet, il y a environ 80 places disponibles à chaque année et le dernier collégien à avoir été admit pour l’année 2009-2010 à une cote R de 32.389.6

De plus, il y a une multitude de disciplines offertes aux cycles supérieurs pour les détenteurs d’un diplôme en médecine vétérinaire :
la dermatologie;
l’oncologie;
la cardiologie;
la neurologie;
la médecine interne;
la médecine d’urgence et les soins intensifs;
l’imagerie médicale;
la chirurgie;
la reproduction;
l’ophtalmologie;
l’anesthésiologie;
le comportement animal.7
Le salaire annuel moyen d’un docteur en médecine vétérinaire généraliste varie entre 49 601 $ et 68 631 $ et dans le cas d’un médecin vétérinaire spécialiste, de 62 750 $ à 86 190 $.8

Finalement, pour étudier en médecine vétérinaire, il faut bien entendu aimer les animaux, mais il faut également avoir un intérêt et une facilité marqués pour les sciences et la médecine. De plus, il est primordial d’avoir un sens de l’observation exemplaire, car les animaux ne peuvent pas nous dire ce qui ne va pas. Aussi, la polyvalence, une excellente dextérité manuelle, de la facilité à verbaliser, avoir du jugement, être compatissant, sympathique, aimer le travail en équipe et avoir beaucoup d’énergie sont des qualités essentielles pour être un bon médecin vétérinaire.


1 Les carrières de la formation universitaire, p. 357
2 http://www.omvq.qc.ca/admission/pdf/GuideAccueil_mvDiplome_HorsQuebec.pdf
3 Guide d’admission de premier cycle 2009-2010, Université de Montréal, p.6-223
4 Guide d’admission de premier cycle 2009-2010, Université de Montréal, p.6-223
5 Les carrières de la formation universitaire, p. 358
6 http://www.etudes.umontreal.ca/index_fiche_prog/158010_desc.html
7 http://www.etudes.umontreal.ca/index_fiche_prog/158010_desc.html
8 http://www.carrieres.gouv.qc.ca

La technicienne en santé animale représente une aide considérable pour le vétérinaire. Elle a la capacité d’administrer les soins et les traitements aux animaux, elle assiste le vétérinaire en chirurgie, et assure le service à la clientèle (renseignements, préparation de médicaments, accueil et réception). De plus, la technicienne applique ses connaissances dans le domaine de la radiologie, la dentisterie, l’anesthésiologie et la pharmacologie.

Pour pratiquer cette profession, il est nécessaire d’effectuer trois années d’études en Techniques de santé animale, formation offerte dans plusieurs cégeps :
Cégep de St-Hyacinthe
Cégep de Sherbrooke
Cégep de St-Thérèse
Cégep de La Pocatière
Cégep de St-Félicien
Cégep de Trois-Rivières
Cégep de Vanier
La majorité des techniciennes diplômées se dirigent dans les cliniques ou hôpitaux vétérinaires. Il existe toutefois des offres d’emplois dans plusieurs autres secteurs tels les laboratoires de recherche, les jardins zoologiques, les abattoirs, etc. Bref, partout où il y a une présence animale il y a une opportunité d’embauche pour les techniciennes en santé animale. Le taux de placement pour les finissants est de 96%. Le salaire moyen d’un TSA sortant du cégep se situe à environ 13,55$/ heure.

Pour être une bonne technicienne, il faut aimer le travail d’équipe et faire preuve d’initiative. L’intérêt pour le bien-être animal et la compassion sont d'un importance capitale, et sont la raison d'être de cette profession.

L'animalier a comme fonction de fournir les soins de base aux animaux domestiques dans les cliniques vétérinaires, les chenils, les fourrières, les laboratoires, certaines fermes et dans les établissements spécialisés (exemple: universitées).


Ses principales tâches consistent à assurer les besoins de base des animaux :

préparer les aliments et nourrir les animaux aux heures prévues;
nettoyer et désinfecter les cages, les enclos et les alentours;
promener les chiens à l’extérieur quand la température le permet;
laver les animaux et les brosser;
aider le personnel professionnel;
veiller à la sécurité et au bien-être des animaux.

Cette personne doit posséder plusieurs aptidudes telles que:
aimer travailler en équipe;
maitriser et appliquer les techniques requises pour nourrir, manipuler et toiletter les animaux;
posséder une bonne dextérité manuelle;
avoir un bon jugement;
avoir le sens de l’initiative.

Voici le cheminement pour obtenir les qualifications requises:
Diplôme d’études secondaires
Des cours de formation dans le domaine de la surveillance et des soins des animaux, du toilettage, du dressage des chiens sont habituellement exigés, selon la nature du travail à accomplir. Les travailleurs en soin des animaux peuvent devoir suivre des cours de niveau collégial en santé animale ou en assistance vétérinaire.

La formation est offerte dans plusieurs établissement qui sont répartis aux quatre coins du Québec:
CEGEP de St-Hyacinthe;
Collège Lionnel Groulx, Québec;
Collège Vanier, Ville St-Laurent;
CEGEP de Sherbrooke;
CEGEP de La Pocatière.

Avec l'obtention des qualifications, les postes disponibles sont plutôt variés:
aide en soin vétérinaire;
dresseur/dresseuse de chiens;
gardien(enne) de zoo;
préposé(e) aux chenils;
préposé(e) aux animaux de laboratoire;
préposé(e) à la fourrière;
soigneur(euse) d’animaux;
toiletteur(euse) pour animaux d’agrément;
travailleur(euse) en soins des animaux.

Selon emploi canada: Le salaire fluctuera selon vos études, votre expérience, la taille de l'entreprise et son régime d'avantages sociaux, de même que la région et le milieu (urbain ou rural) où vous exercerez.

Le toiletteur prodigue des soins esthétiques aux chiens et chats, soit selon le désir du propriétaire, soit dans le but de répondre à certains standards de race ou encore pour corriger certains problèmes.

Les soins à apporter aux animaux débutent par le bain et le séchage. Par la suite, suit la tonte en tant que telle, elle peut avoir un but esthétique et/ou médical. Pour offrir un service plus complet, le toiletteur doit être en mesure d'effectuer la coupe des griffes, l'épilation des oreilles, la vidange des sacs anaux et parfois même une teinture! Puisqu'il verra l'animal régulièrement tout au long de sa vie, il doit posséder des notions de base en santé animale pour être en mesure de recommander à ses clients de consulter leur vétérinaire s'il le juge nécessaire.

Voici le cheminement recommandé pour devenir toiletteur:

Obtenir une formation de technique en Santé Animale, puisque durant ces 3 années d'études plusieurs notions sur la santé, la manipulation et le comportement vous seront enseignées. Cela facilitera grandement votre travail et augmentera votre compétence.
Poursuivre avec une formation plus spécifique en esthétique canin et toilettage. Cette formation s'obtient à travers diverses écoles privées. Il n'y a pas de standard encadrant ce type de formation, il vous faut donc être vigilant lorsque vous choisissez une école. Il faut compter en moyenne de 225 à 250 heures de formation.
Le taux de placement est d'environ 100%. Les postes disponibles se retrouvent surtout en animalerie, dans les établissements vétérinaires et dans les salons de toilettage.

Le salaire varie beaucoup selon les salons et l’expérience.

Ce travail demande un sens artistique développé, un goût pour l'esthétisme et une dextérité manuelle afin de manier les ciseaux avec aisance. Beaucoup de patience et de confiance sont requises puisque vous pourriez avoir affaire à des animaux craintifs, excités ou non-coopératifs. Il vous faudra connaître la physionomie et les standards des races de chien afin de respecter certaines coupes particulières.

Le maître-chien est une personne avec des connaissances approfondies sur l'espèce canine (caractère, soins de base, entrainement, etc.) et qui entraîne ce dernier pour en faire un compagnon utile pour son maître.

Les tâches liées à ce métier sont assez variées. En voici quelques exemples:

Enseigner aux propriétaires des notions de comportement animal;
Offrir des cours d'obéissance canine (de groupe ou privé);
Entraîner un jeune chien pour un travail particulier (recherche de drogues, d’explosifs, de personnes disparues, formation de chien d'assistance, etc.) et l'habituer aux environnements variés qu’il pourrait côtoyer plus tard (l’eau, la neige, le feu, etc.);
Éduquer, au mieux de ses connaissances, les propriétaires sur les soins de base à apporter à leur animal (ex: exercice physique régulier, brossage, etc.)
Pour être le plus compétent possible, il est recommandé de combiner:

un diplôme en technique de Santé Animale, qui vous apportera entre autre des notions sur le comportement, l'alimentation, les soins médicaux de base et la manipulation sécuritaire des animaux. Pour les établissements offrant la technique de Santé Animale veuillez vous référer à la fiche Technicien(ne) en santé animale. Ce cours est offert sur une base de temps plein et est d'une durée de 3 ans.
un cours plus spécifique d'entrainement canin. Il faut compter environ 500 heures d’entrainement pour devenir dresseur et 1000 heures pour devenir maître-chien.
Pour le cours de maître-chien plusieurs établissements indépendants offre la formation. Il n'existe pas de normes qui régit le contenu des cours, ni la durée.


Le taux de placement approche le 100%.

Le salaire moyen varie grandement selon le type de poste occupé et le lieux de travail.

Comme pour bien des métiers, il faut surtout être passionné. Il faut avoir une bonne condition physique car il vous faudra parfois travailler avec des chiens de grande taille ou à l'extérieur et dans toutes sortes de conditions. Vous devez posséder beaucoup d'entregent, d'amour pour les animaux et être un bon communicateur.

Les soigneurs sont des personnes essentielles au bon fonctionnement d'un zoo.

En tant que soigneur vous aurez à vous aquiter de ces différentes tâches:

enlever le fumier et les excréments;
nettoyer les cages et les enclos;
faire l’inspection des enclos et des clôtures;
nourrir les animaux (préparation et distribution);
distribution des médicaments s’il y a lieu dans la nourriture;
aménager les enclos et les volières;
observer les animaux pour détecter les changements de comportement (mise bas, maladie, etc.);
remplir les dossiers nécessaires pour le suivi des animaux;
enrichir l’environnement des animaux.
Lorsque vous aurez fait vos preuves en tant que soigneur, un tout nouveau poste, chef soigneur, s'ouvrira à vous:

encadrer les soigneurs et les aider en cas de besoin;
parfois, assister le vétérinaire pour les traitements (capture des animaux, contentions, etc.).
La technique de Santé Animale vous fournia une solide base de connaissances, puis une formation aditionnelle plus spécifique vous sera offerte par l'employeur. Veuillez consulter la fiche sur la technique de santé animale pour en savoir plus sur les établissements et le programme.

Environ 5-6 postes, surtout à temps partiel, sont disponibles chaque année. Le salaire varie selon l'employeur.


Pour réussir dans ce métier il faut un bon sens de l'observation et être attentionné aux animaux afin de bien les connaître, et savoir déceler le moindre changement dans leur comportement ou leur état de santé. Une excellente forme physique et un esprit vif sont nécessaire, car vous aurez à côtoyer des animaux sauvages, donc parfois dangeureux. La patience est un atout supplémentaire, car vous n'obtiendrez pas toujours, du premier coup, la coopération des animaux.

Le travail du dentiste pour petits animaux s'apparente à celui du dentiste humain. Il examine la gueule de l'animal et évalue les options de traitements possibles pour un problème particulier. Il peut effectuer des procédures spécialisées telles que le traitement de canal, la réparation d'une fracture dentaire ou d'un os de la mâchoire, le traitement d'une infection buccale, la correction d'une maloclusion dentaire, l'excision d'une tumeur orale, etc.

Pour obtenir le titre de spécialiste en dentisterie animale, le candidat doit préalablement posséder un diplôme de médecin vétérinaire et réussir une formation spécialisée en dentisterie animale. Cette formation spécialisée nécessite environ 4 ans d'études supplémentaires.

Au Québec, la seule université à offrir la formation de médecine vétérinaire est l'Université de Montréal. La faculté de médecine vétérinaire est située à Saint-Hyacinthe, en montérégie. La spécialisation en dentisterie animale se fait via l'American Veterinary Dental College.

Dans ce domaine, le taux de placement est de 100%. Le spécialiste en dentisterie peut travailler dans un centre de référence/spécialisé ou dans une clinique privée de dentisterie animale.

Salaire moyen: Non déterminé

Puisque c’est un travail délicat et qui souvent implique des interventions complexes, le candidat doit avoir de la minutie, avoir une dextérité manuelle avec de petits objets et avoir le souci du détail. Travailler avec une clientèle qui n’est pas toujours coopérative requiert de la patience. La persévérance est une autre qualité très importante, car non seulement le cheminement scolaire est long, mais parfois, la durée des interventions peut l'être également. Puisque c’est un métier qui évolue sans cesse, il faut se tenir à jour dans le développement des procédures et des nouvelles technologies; la rigueur scientifique est donc de mise.